Para One période ‘Beat Down’ #archive

PARA ONE - 'Beat Down' - 2006

Boom bap beat done

 

<Pierre angulaire du jeune label Institubes, Para One vient de larguer son Ep, Beat Down, sur lequel figurent entres autres le rappeur new-yorkais Tes, mais aussi de remarquables tranches musicales électroniques se muant en un hip-hop harmonique et mobile.

Connu pour ses productions atypiques essaimées pour TTC, L’armée des 12 ou encore  le groupe L’Atelier, ce jeune parisien est au début d’une carrière déjà riche en sursauts. Mini-interview avec un Jean-Baptiste.

 

Comment s’est passée la rencontre avec le rappeur Tes pour le morceau Beat Down ?

On voulait qu’il pose du beatbox. Il a commencé par nous lâcher un truc assez classique, qui était pas mal mais qui ne cadrait pas avec ce qu’on désirait. On lui a demandé quelque chose de plus bounce. Il a fait le beatbox et après ça tout le monde a posé.

De mon côté, j’ai bien écouté leurs sons et j’ai voulu transformer l’essai avec de mélodies. J’ai bossé sur la post-prod en travaillant l’acapella. Orgasmic le Toxicologue a posé des scratches que j’ai complètement défoncés et que j’ai incorporés sous forme de micro-samples sur l’intro. On a bossé tous ensemble pour ce morceau, les TTC et Tes étaient sur la même longueur d’onde.

 

« J’ai pris […] quelques samples trouvés
dans ma poubelle et j’ai tout défoncé. »

 

Travailles-tu toujours sur les même logiciels et de la même manière ?

Non. Pour Turtle Trouble, j’ai bossé sur Reason. Je change tout le temps de logiciel pour modifier mes démarches, mes sons, mes envies. Cela me permet de me fixer d’autres approches. J’ai fait Noboby Cares et Beat Down avec mon S2000, ensuite j’ai tout mixé dans une Mackie.

Je bosse en ce moment sur les prods du prochain album de TTC. L’avantage avec un PC et le .wav, c’est que tu peux toujours modifier et varier les formats. Je change de méthodes pour m’aérer l’esprit.

Pour ton album solo, comptes-tu incorporer du chant ?

Je pense qu’il y aura du chant et des featurings, ça se fera de manière naturelle. Il y a des MC’s avec qui j’aimerais bosser, principalement des featurings anglo-saxons, mais je ne préfère pas te lâcher de noms car rien n’est sûr à ce jour, on verra. Je trouve que notre travail pour l’album de L’Atelier est vraiment bon, mais j’ai envie cette fois-ci de faire un album sans qu’on me dise que je suis dans le format « rap français ».

Beat Down est un premier pas… C’est clair. Pour mon solo, je vais garder un fil conducteur hip-hop. J’ai une démarche de gars qui a fait des sons de rap. Au final je pense que mon album sera un joyeux bordel. Je n’ai pas de mise préétablie quant au résultat final ou au but à atteindre.

Pour les remixes par exemple, je ne me dis pas qu’il faut faire tel ou tel format. Pour celui que j’ai effectué pour Stacs of Stamina, j’ai pris les acapellas et quelques samples trouvés dans ma poubelle et j’ai tout défoncé. Si demain je dois faire un remix d’un autre groupe, je fonctionnerai de manière différente.

 

Propos recueillis par Josey Wales. 2006.

SOUNDCLOUD

 

À (ré)écouter, un mix nickel spécial rap US 90’s.

 

Mix sur le rap us West-Coast, réalisé avec son partenaire Tacteel / Jérôme Echenoz.

 

Son actu avec THE SOUTH AFRICAN YOUTH CHOIR ELEVATION.

 

Libre à vous de nous suivre
Facebook
Twitter