SAAFIR #2007 #archive

Saafir

JOYAU D’OAKLAND

 

SAAFIR, UN DES SECRETS LES MIEUX GARDÉS DE L’UNDERGROUND RAPOLOGIQUE. RAPPEUR HORS-NORMES, PRODUCTEUR, ACTEUR, HOMME D’AFFAIRES, À LA TÊTE DU GROUPE/LABEL INSTABLE HOBO JUNCTION, CONNU SOUS LE NOM DE CHILDREN OF DESTINY, LIÉ À VIE AU GOLDEN STATE PROJECT, QUI REGROUPE RAS KASS ET XZIBIT.

ALORS QUE SON QUATRIÈME ALBUM GOOD GAME: THE TRANSITION SORT SUR ABB RECORDS, RENCONTRE AVEC UNE LÉGENDE EN OS.

 

*Tu es connu pour ta technique de rap, et aussi pour ton mode de vie étonnant: tu as côtoyé 2Pac, joué dans le film Menace 2 Society

Il y a longtemps, j’habitais avec Pac. Je faisais partie de l’entourage de Digital Underground. A cette époque les frères Hugues bossaient sur un clip avec Pac et sur Menace II Society. J’ai joué dedans parce qu’ils m’ont fait parvenir le script plus tard. J’étais SDF à l’époque…

*Ton style est souvent off-beat-on-beat, tu es aussi connu pour les battles notamment celle contre Casual du collectif Hieroglyphics…

Cette battle avec Casual ! Nous nous étions embrouillés à cause d’une histoire de morceaux. Nous avons réglé ça sur scène. Je l’ai défoncé ! Pour le off-beat, ça dépend des productions et de mon humeur, de mes émotions.

 

*Tu as une réputation solide. Entouré de stars, tu ne profites pourtant pas de cela pour ta carrière de rappeur. Tu veux rester dans l’ombre ?

C’est mon style. J’ai failli mourir dans un accident d’avion. Depuis, je ne vois plus la vie de la même façon. Je me suis converti à la religion musulmane, mais cela ne m’empêche pas de bosser avec Shock G des Digital ou Josef Leimberg, un californien qui produit pour Snoop et G-Unit…

 

J’ai aussi toujours traîné avec Xzibit et Ras Kass, on est les Golden State Warriors, dont le premier titre est Three card molly. X est sur MTV, tout le monde connaît son statut. Moi, ma vie est un kaléidoscope. Je suis plus en quête de spiritualité que d’argent. Je suis devenu musulman.

*Dans ton dernier album, tu t’auto-critiques…

Tout est lié. J’ai enregistré mon album à Oakland, dans ma ville natale. C’est une sorte de testament de mon évolution. Le titre In My Own Words résume bien mon état d’esprit : « If u worship money you’re a non believer ». Et c’est ce que j’étais avant. Un kafir, un non-believer. J’étais dans la merde. Mais il n’est jamais trop tard pour la rédemption.

 

P.S : Depuis plusieurs années, Saafir a de graves problèmes de santé, et vit en fauteuil roulant. Shock G du groupe Digital Underground a donné quelques précisions.

 

Propos recueillis par Josey Wales.

 

 

 

Libre à vous de nous suivre
Facebook
Twitter